benoithellings.be

benoithellings.be

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le programme d’ECOLO, ce sont 808 pages faites de propositions très concrètes qui apportent des réponses et des solutions dans absolument tous les domaines. Chaque écologiste a pu apporter son expérience, son expertise et ses convictions à la rédaction de ce programme solidaire, vert, démocratique, éthique et ambitieux. Ecolo l’a résumé en 7 axes.

Je défends chacune de ces idées, mais voici les propositions qui me tiennent plus particulièrement à cœur :


Individualiser les droits sociaux

C’est un terme un peu compliqué pour dire qu’il faut tenir compte de l’évolution des familles, et supprimer les actuelles discriminations liées à l’état civil ou à la cohabitation. C’est permettre à chaque personne adulte de bénéficier de droits propres, indépendamment de ses liens privés avec une autre personne adulte. En effet, l’Etat perçoit les cotisations de manière individuelle, mais pour fixer les montants des éventuelles allocations, c’est la notion de ménage qui prévaut en cas de chômage et de pensions notamment. Cela donne lieu à une incroyable inégalité, en particulier pour les femmes. Cela conduit également, dans certaines situations, à des stratégies de contournement coûteuses et dévastatrices pour les familles et les couples.

Téléchargement sur Internet

Ne pas criminaliser cette nouvelle pratique culturelle (non à HADOPI !). Avec Ecolo, je propose l’instauration d’une licence globale, c’est-à-dire une contribution payée par les fournisseurs d’accès à Internet qui distribuent les œuvres protégées par le droit d’auteur via leurs réseaux. L’usager-citoyen sera donc protégé, la neutralité du Web garantie, tandis que les créateurs pourront bénéficier d’une rémunération juste et adaptée à la réalité technologique d’aujourd’hui. Cette proposition vise à combiner financement de la création et respect absolu de la vie privée des Internautes. Elle a fait l’objet d’une proposition de loi que j’ai déposée lors de la législature passée et est aujourd’hui partie intégrante du programme d’Ecolo.

Rendre les choix écologiques (les) moins chers

Abaisser le niveau de la TVA et octroyer des primes aux produits alimentaires locaux et de qualité. Octroyer les mêmes avantages aux produits respectueux de l’environnement et de la santé, aux appareils et biens d’équipement économes en énergie et durables. De la même manière, Ecolo propose de réduire à 6% la TVA pour la construction et la rénovation des habitations qui appliquent certaines normes en matière d’isolation, d’économie d’énergie ou d’utilisation d’énergies renouvelables. C’est la bonne manière d’orienter les producteurs et les consommateurs vers des choix plus respectueux de la planète, plus favorables à la qualité de vie et à l’économie locale.

Aider les jeunes à bien vivre leur sexualité

A l’heure où « tout » se trouve sur Internet, il est plus que jamais urgent d’informer les jeunes sur les enjeux d’une sexualité autonome, épanouie et respectueuse de sa santé et celle de son/sa partenaire. De nouvelles campagnes de sensibilisation grand public à l’égard de la contraception et des MST doivent revoir le jour. Enfin, l’on sait que la population des jeunes lesbiennes et gays de 15 à 24 ans est particulièrement poreuse aux idées suicidaires. Cette fragilité provient du manque d’information, de l’isolement et des discriminations. Pour répondre à cet important enjeu de santé publique, Ecolo propose l’intégration de modules d’information dans les différents types d’enseignements pour renforcer la tolérance vis-à-vis des orientations sexuelles possibles.

Mieux réguler & contrôler la publicité commerciale

On ne peut pas d’un côté inciter les citoyens à consommer moins, de façon raisonnable et plus respectueuse de la (et leur) santé ou de l’environnement et de l’autre, les laisser se faire matraquer de messages publicitaires qui les incitent à faire exactement l’inverse. Ecolo propose une série de mesures concrètes comme l’interdiction de la publicité à destination des enfants de moins de 12 ans, ainsi que l’utilisation de l’image d’enfants en tant que prescripteurs d’achats ou de légiférer sur les conditions de l’emploi de termes publicitaires tels « respectueux de l’environnement, écologique, vert ou durable » et ce afin de lutter contre le greenwashing, pratique qui consiste à présenter abusivement comme favorables à l’environnement ou la santé, des produits qui ne le sont pas.